écriture·photo n&b·poésie

Beauté plastique

plastique ©Perle Vallens

Il y avait dans l’air une effervescence printanière, comme une évanescence, un air de déjà vu, ailleurs. Un souffle court égratigné d’hiver. Une balancelle entre les branches, un fuseau d’échappée blanche.  Une poésie d’altitude, d’incorrecte mélodie. L’impolitesse d’un envol.
Voir l’aile dans l’arbre entrelacée, la danse du vent, la chimère d’une transparence.
Voir les pampilles éparpillées, dans le pourpre de l’oeil, le pillage des saisons.
Voir la guirlande enneigée carbonique, la glace du coeur enfumée des givres absents.
Voir la peau bitumée, une caresse polyéthylène, la soie froide sur l’écorce.
Voir l’haleine grisée du bois, la brise pour l’ivresse, le tronc droit en son axe.
Voir l’âcre beauté plastique, la trace incertaine dans l’accroche du temps, une forme d’immanence ou une métamorphose.
©Perle Vallens

Clin d’oeil au petit homme au sac plastique de Vincent Es-Sadeq

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s